Faites nous rêver

 

Dans la hiérarchie des questions qui traumatisent les candidats, le « faites nous rêver » se place en haut lieu. Comment appréhender cette question ? Y a-t-il réellement une bonne réponse à cette question ?

 

Avant de vous proposer une solution, revenons un instant sur le contexte. Lorsqu’un jury vous pose la question « faites nous rêver » et par extension les questions du type « faites nous rire » ou « quelle la chose la plus folle que vous ayez faites ? », vous devez comprendre que le jury vous envoie un avertissement.

 

Deux solutions se présentent devant vous. Soit vous êtes un bon candidat, votre discours est rodé et le jury a envie de vous déstabiliser en vous posant une question sans réel rapport avec ce que vous veniez de dire, soit vous êtes un candidat soporifique et le jury vous donne la chance de vous ressaisir en changeant votre attitude et votre ton.

 

Au-delà de l’avertissement et du test, il n’en demeure pas moins obligatoire de répondre à cette question. Il n’existe pas de réponse miracle. A vous de trouver un sujet qui vous tient a cœur et  que vous maîtrisez suffisamment bien pour le partager avec passion avec votre jury. Prenons l’exemple d’un coucher de soleil à Tahiti, vous devez être suffisamment communicatif et convaincant pour qu’à la fin de votre temps de parole le jury n’ait qu’une envie : prendre le premier billet d’avion et partir sur le champ !

 

L’entretien doit être vu comme un moment de partage, comme une occasion unique de passer un bon moment avec des personnes que vous ne connaissez pas. Au-delà de la simple évaluation, il y a toujours une rencontre.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau