Optez pour la « Positive attitude » !

Il n’y a rien de pire pour un jury que d’avoir en face de lui un candidat qui n’a de cesse de se descendre en flammes. Morceaux choisis :

« Non, mais vous comprenez… J’étais là, mais j’aurais pu être ailleurs, je servais à pas grand-chose, enfin… à rien en fait ! »
« J’ai fini le marathon de Paris, mais bon j’ai aucun mérite, je l’ai couru en plus de 5h »
« Ah bon ? Parce que c’est extraordinaire ce que j’ai fait en stage ? »
 
Vous trouvez que ces exemples sont caricaturaux et pourtant ils sont représentatifs de ce que nous pouvons parfois entendre lors des entretiens en ESC. Suivez donc les conseils de M. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre et ancien élève de l’ESCP-EAP, et adoptez la « positive attitude ».
 De trop nombreux candidats dénigrent spontanément leurs expériences, les jugeant banales voire inintéressantes. De deux choses l’une, soit vous considérez que ces expériences n’ont pas d’intérêt et dans ce cas ne les mentionnez pas, soit ces expériences sont dignes d’être racontées et dans ce cas ne vous tirez pas une balle dans le pied.

 Les jugements de valeur n’engagent que ceux qui les portent ! Rien ne vous dit que le jury considèrera votre expérience comme banale ou ridicule, surtout lorsqu’il s’agit de courir d’une seule traite 42 km.

 Soyez confiant et racontez en quoi ces expériences furent uniques et enrichissantes pour vous. Si une expérience a été en demi-teinte pour ne pas dire catastrophique, insistez sur les enseignements que vous en avez tirés. De fait, on privilégiera toujours un candidat qui sait se nourrir de toutes les expériences aussi malheureuses soient-elles, plutôt qu’un candidat qui s’attarde en permanence sur les aspects négatifs.

Pour résumer, voyez toujours le verre à moitié plein et non à moitié vide !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau