Le serpent qui se mord la queue

Jury : Il nous semblait que vous aviez déjà travaillé à plusieurs reprises

Candidat : Euh… Oui ! En fait, je travaillais chez mon oncle

Jury : Pourtant, vous nous avez dit que vous étiez autonome depuis l’âge de 16 ans et que vous ne deviez rien aux autres

Candidat : Disons que c’est presque exact…

 

Cet échange vous paraît inimaginable et pourtant nombre de candidats finissent par se contredire au cours de l’entretien. Si le jury ne s’en rend pas compte, ce n’est pas très grave, mais en général il est à la recherche de ces petites incohérences dans votre discours, qui ne sont souvent rien de moins que l’arbre qui cache la forêt.

 

Au-delà des grosses incohérences qui  prouvent que vous n’avez pas préparé votre entretien, ou que vous ne vous êtes jamais donné la peine de vous poser les bonnes questions, elles peuvent être un bon indicateur d’une histoire montée de toutes pièces. Autrement dit,  la vérité viendrait de vous échapper.

 

Se contredire est une erreur stratégique (vous ne faîtes pas suffisamment attention à ce que vous racontez, votre vigilance s’est relâchée), mais cela peut arriver dans certaines situations ou le stress nous submerge. Cependant, se contredire alors que le jury a déjà de gros doutes sur la légitimité de votre discours, s’est s’exposer à une rafale de questions pour s’assurer que ce n’est qu’une petite erreur de votre part.

 

Jury : Quelle est votre plus grande qualité ?

Candidat : Je suis très généreux (NDR : une qualité à ne pas citer)

Jury : Si vous gagnez au Loto et que vous empochez une cagnotte de 10 millions d’euros, qu’en feriez-vous ?

Candidat : Avec la première moitié je ferais des placements dans de l’immobilier et avec la seconde je me ferais plaisir au quotidien.

Jury : C’est tout ?

Candidat : Vous savez, on ne fait pas grand-chose avec 10M d’euros !

Jury : Et vous n’aideriez pas les plus démunis ?

Candidat : Je voudrais bien, mais je ne peux pas porter toute la misère du monde sur mes épaules…

 

Visiblement, ce candidat a une vision très personnelle de la générosité. De la même manière qu’il y a des arrêts de correction dans des copies, lorsque l’erreur est énorme, ici il peut y avoir un arrêt de l’ « entretien de recrutement » et début de l’ « entretien d’élimination ». Cela se produit lorsque l’on est sûr que le candidat ne répond pas aux critères de recrutement. Il ne reste plus qu’à le pousser à la faute pour s’en débarrasser pour de bon.

 

Faire un lapsus ou se contredire n’est pas être grave en soi, à condition d’avoir conscience que l’on a commis une erreur, de l’avouer et de reprendre son argumentation point par point. En revanche, si vous avez menti et que vous êtes fait prendre à votre propre piège, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même ! Si le jury a mis le doigt sur une « petite bête », ne cherchez pas à mentir. Apres tout, vous avez également le droit de ne pas être parfaitement lisse, à condition de savoir le justifier.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau